L'Histoire de Brigham

En 1855, le Bas-Canada établissait la loi des municipalités et des routes. Pour répondre à cette nouvelle loi, un groupe de personnes se réunissait pour former un premier conseil municipal. Pour administrer le nouveau territoire (sensiblement le même qu’aujourd’hui), Monsieur Amasa P. Hulbert fut élu maire et les six conseillers furent : Messieurs Georges Adams, Clavin L. Hall, Georges A. Mansfield, John Barr, Allan Roberts et M. Georges Boright. Le premier secrétaire-trésorier fut M. Moses B. Jewell.

Lundi, le 7 juillet 1856, dans la salle de l’académie d’Adamsville eut lieu la première réunion du conseil. Le nom choisi pour identifier le territoire fut : « La Municipalité de la partie Est du Canton de Farnham ».

Après l’embauche de deux inspecteurs municipaux – un pour l’est et un pour l’ouest – la première résolution du conseil autorisait le secrétaire à déterminer les frontières et de dresser une carte géographique. La deuxième décision fut d’accepter le nouveau pont d’Adamsville et de payer M. Joseph Taber, le constructeur, 58,00 $ pour son travail en spécifiant que le paiement serait fait dès que la municipalité aurait des fonds. Une taxe pour tout propriétaire de chiens fut le premier règlement municipal. La deuxième loi a être promulguée taxait de 10 shillings, toute exposition ou troupe théâtrale sur son territoire. Les premières rues a être acceptées furent : Miltimore : de Fordyce à Farnham Centre, rue Adamsville : d’Adamsville à Nelsonville (Cowansville, ancienne route 13), la rue Nord et la rue Shefford (route 241). Le salaire des inspecteurs municipaux était de 0,90 $ par jour. Le secrétaire-trésorier recevait 125,00 $ par année, et l’évaluateur 9,00 $ pour son travail.

La première pétition des citoyens, refusée par le conseil, demandait des fonds pour venir en aide à la « West Farnham Bridge Company ». La première mise en demeure par l’inspecteur municipal accusait Monsieur Erastus O. Brigham d’avoir omis et négligé l’entretien de la route devant la tannerie près du pont dont il était le responsable. Trouvé coupable par le juge Ely W. Hall, il fut condamné à payer une livre, sept shillings et deux pence.

Total des dépenses pour l’année 1856 : 613,00 $, et les revenus : 420,00 $. Le 2 janvier 1857, le grand sceau de la municipalité a vu le jour : un cercle portant le nom de la municipalité et une vache au centre. Le 17 octobre 1870, le grand sceau fut modifié, le mot « Corporation municipale », ainsi qu’une vache furent ajoutés. Le 9 novembre 1857, un référendum refusait à la municipalité l’achat de 20 parts dans la compagnie « Stanstead, Shefford and Chambly Railroad » qui désirait établir une ligne ferroviaire dans la municipalité. « The Eastern Townships Gazette » rapporte que le vote était de « 6 yeas, 53 nays ». En 1858, une taxe spéciale a été décrétée pour toute personne de 18 à 50 ans pour payer les salaires et dettes de 1856 et 1857 et qui était l’équivalent de deux journées de salaire.

Celui qui a donné son nom à la municipalité, M. Erastus O. Brigham, a été élu conseiller municipal le 25 janvier 1862. De descendance irlandaise, la plus vieille famille de Brigham remonte à Malboro Mass. et South Boro, Mass., États-Unis.. Eratus Oakley Brigham émigra au Canada et fonda la Tannerie Brigham, près de la rivière Yamaska. Il mourut le 13 avril 1878 et Madame Brigham le 26 janvier 1887.

Quelques faits à retenir : en 1961 la municipalité changea son nom pour municipalité d’Adamsville. En 1981 le nom fut changé pour municipalité de Brigham.

MagasinGeneral

 


Le 14 août 2005, le Conseil municipal a présenté son album pour le 150e anniversaire de la fondation de la Municipalité de Brigham. En effet, comme bien des municipalités au Québec, cette dernière vit officiellement le jour par l’«Acte des municipalités et des chemins du Bas-Canada en 1855», 18 Victoria, chapitre 100 du 1er juillet 1855. À cette date, chaque ville, village, paroisse, township (canton) existant a été automatiquement formé dans une corporation municipale.

Ce volume de 240 pages se consacre aux familles brighamoises passées et présentes. Il comprend également une section historique générale du territoire brighamois et qui représente 75 pages de faits intéressants du territoire brighamois échelonnés sur plus d’un siècle. Le tout en version bilingue.

Cet ouvrage est disponible à l’Hôtel de Ville de Brigham au coût de 60,00 $. Il est possible de le commander par la poste, mais le prix s’élève à 70,00 $.

Recherche et rédaction de l’histoire par Denis Gravel. Collaboration à la rédaction par Hélène Lafortune. Adaptation anglaise par Maurice Crossfield.